jeudi 16 août 2018

Quand le stress m'empêche de dormir

Il est actuellement 2h du matin dans ma chambre d’hôtel à Rouen, je ne sais pas quand cet article sera publié mais nous somme mi-août. Et demain matin nous prenons la voiture direction Chantilly.
C’est deux jours sont les derniers de vacances avant un enchaînement de déménagement / emménagement, nouveau taf et changement de ville. Quoi vous dire à part qu’il serait sûrement mieux que je dorme ? Mais si je suis là à vous raconter tout ça c’est bien parce que je n’y arrive pas. Je n’arrive pas à grand-chose d’ailleurs…
Même si le changement qui m’attend n’est pas énorme et que je pourrais facilement y faire face je suis stressée ! 

Remettons la situation dans son contexte, je suis actuellement étudiante dans une nouvelle école depuis un an, je viens d’obtenir mon bachelor et il me reste 2 ans avant d’avoir (on croise les doigts) mon master. Et durant ces deux années à venir j’ai un premier stage de 6 mois à effectuer, là dans 7 jours. Le décompte commence…
Et même si j’ai déjà eu la chance d’effectuer des stages de plusieurs mois, ce n’était jamais si long ni de cette importance au niveau de mes études. Depuis plusieurs nuits les questions fusent :
Est-ce que je vais être à la hauteur ? Est-ce que je vais comprendre ce qu’ils vont me demander ? Vais-je être à la hauteur de leur exigence ? Vais-je progresser ? Est-ce que je vais avoir du travail ? Tout ça, tout ça… Et même si j’essaie de me rassurer à grand coup de « Elisa, tu as passé deux entretiens, t’as échangé avec eux, tu leur à montrer ton travail donc s’ils t’ont pris c’est que tu en es capable. », « tu vas là-bas aussi pour apprendre, ils vont t’accompagner c’est le but d’un stage », « tu n’es pas toute seule, vous êtes deux » (oui oui, nous sommes deux de la même classe à aller là-bas et je trouve encore le moyen d’avoir peur.)   

Et quand j’ai la boule au ventre au point de ne pas trouver le sommeil, j’use et je ruse de technique différente pour me détendre, pour penser à autre chose et pour me relaxer. Chacune des petites astuces est adaptées à mon envie, ma situation et mes possibilités. 

Succomber au réconfort

Ce que je faisais beaucoup avant, mais surtout en hivers je l’avoue c’était de me préparer un petit bol (très très grand en réalité) de lait chaud, avec un peu de miel dedans, de me mettre dans mon lit (avec un supplément bouillote quand il fait -15° dehors) bien au chaud en ayant pris soin d’éteindre tous appareils électroniques : tablette, ordinateur, téléphone, télévision, sudoku électronique…) et de prendre un bon livre, un magazine, quelque chose à lire dans lequel je vais mentalement pouvoir rentrer facilement et rapidement dedans pour ne pas penser à autre chose, et par la même occasion me fatiguer plus vite pour rapidement allée me coucher. 

La série chill

Quand je n’ai vraiment pas la tête à lire et à me concentrer sur une histoire à suivre je télécharge toute une saison d’une série un peu chill, même si je l’ai déjà vue ! (friends, How I met your mother, the big bang theory, ma famille d’abord, Malcolm, desperate housewives, enfin le truc qui prend vraiment pas la tête !)
Je le télécharge pour pouvoir remettre l’appareil que j’utilise (si ce n’est pas ma télé) en mode avion pour ne pas être dérangée ou happée par le monde extérieur avec un mail, un sms, une notif twitter, Beyoncé qui à liké ta dernier photo insta, on est d’accord que ça empêcherai n’importe qui de dormir ?
Et tout ça, bien évidemment au calme dans mon lit avec tout éteins ! 

Tout miser sur la respiration

Ça c’est peut-être (à tort) l’astuce que j’utilise le moins mais qui marche sûrement le mieux. (Alors surtout, ne me demandez pas pourquoi : ça fait trois minutes que je cherche une raison crédible à cela mais je n’en ai pas.) C’est d’utiliser une application (ou méthode mais moi personnellement je ne m’y connais pas) de relaxation basée sur la respiration.
Moi j’utilise Bambou, application où une personne te parle, te demande de te concentrer, de respirer de tel manière, etc… etc… Et cela marche plutôt bien sur moi.
Je l’ai énormément, c’est-à-dire quotidiennement, utilisée vers janvier/février quand on commençait à rester à l’école jusque 3h du matin pour travailler et que les nuits ne dépassées pas les 4h avec bien évidemment pleins de trucs à rendre, etc… pour ne pas laisser le stress et la fatigue prendre le dessus sur les nerfs, c’est assez efficace.

L'ASMR

La dernière astuce et celle qui va définitivement faire dire à certains « mais elle est perchée celle-là », c’est l’asmr. Je mets un gros point d’honneur sur le fait que je déteste purement et simplement les ASMR de bouffe, car je ne supporte pas les bruits de bouches, mais c’est personnel. Moi celui que j’affectionne et qui m’aide à m’endormir c’est le tapping, brushing, le scritching, etc… Alors non, moi non plus je ne sais pas ce que tous ces termes veulent dire mais c’est tout ce qui concerne les tapotements, les chuchotements, les frottements, les bruits de matières. Alors là non plus ne me demandez pas pourquoi, mais c’est presque instantané : je vais mettre la vidéo, gigoter pendant 7 minutes pour trouver LA position idéale et en général la suite je ne m’en souviens pas car je m’endors très vite ! Le seul hic avec cette solution, que les 3 autres n’ont pas, c’est que ça ne va pas me changer les idées, ça va créer un sentiment de détente qui va permettre l’endormissement mais j’aurais toujours les « idées noires ». Ce qui avec ma sensibilité va engendrer beaucoup de cauchemars. (Ce n’est pas l’asmr qui va déclencher les cauchemars mais le fait de m’être couchée sans m’être vidée l’esprit.)

Et vous, qu'elles sont vos astuces pour mieux dormir en période de stress ?  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire